Loading...

Pour obtenir le meilleur d’un ingrédient, il n’y a pas vraiment de secret : il faut travailler sur le terrain où pousse la plante et tenter de garder au mieux ce qui fait sa force naturelle.

Nous voulons que nos achats aient un impact positif sur les communautés qui cultivent ou récoltent les ingrédients, et s’intègrent dans des programmes de conservation des ressources naturelles.

Nous croyons en la fabrication de produits efficaces conçus à partir de plantes fraiches, 100% naturelles, sans engrais chimiques, sans pesticides et des meilleures huiles au monde.

Baobab

Le Baobab, emblématique de longévité, est reconnu par les populations locales en Afrique pour les bienfaits que ses feuilles et fruits apportent aux humains. Son fruit contient une dose incroyable de vitamine C. L’arbre majestueux est généralement sacré et peu d’arbres sont abattus hors des zones de développement urbain. Il est incroyablement présent dans le paysage du Burkina Faso.

ELEPHAS veut soutenir les communautés locales et en particulier les femmes qui se sont organisées pour la valorisation et la conservation des fruits des baobabs. Les achats pour notre gamme seront dans un premier temps modestes par rapport aux besoins et nous voulons mettre en lumière le travail de valorisation de ces produits fait par les groupements de femmes. C’est le cas en périphérie de la forêt d’Arly au sud-est du Burkina Faso – dernier refuge de lions en Afrique de l’ouest, où les femmes ont été aidées par l’engagement exemplaire de l’ONG NatuDev.

Coco

L’huile de coco hydrate, répare, apaise et prévient les premiers signes de vieillesse. Ces bénéfices sont indéniables, grâce à sa composition extrêmement riche en acides gras essentiels, en acide laurique et myristique, facilement absorbées par la peau et les cheveux. De plus, elle contient les vitamines A et E qui ont des actions antioxydantes et anti-radicalaires. Toutes ses vertus peuvent être préservés grâce à une extraction à froid.

Les huiles utilisées pour les produits ELEPHAS sont dans un premier temps certifiées bio. Nous voudrions attirer l’attention sur le travail fait dans le sud-ouest du Cameroun pour aider au développement de productions qui pourraient aider à la protection des plages indispensables aux tortues marines.

Dattier du désert

Le dattier du désert est une plante qui a su développer des résistances aux agressions du vent et du soleil des climats les plus difficiles. Ce sont ses graines qui fournissent une huile hors du commun, naturellement riche en protéines et en acides gras. L’huile de dattier agit comme un émollient puissant, régénérant et nourrissant.

Le fondateur d’ELEPHAS a été sensibilisé sur les potentiels de cette plante par le fondateur de l’ONG NatuDev avec les communautés locales autour du Parc national d’Arly au Burkina Faso. Cette zone abrite encore toutes les espèces animales de la savane Ouest Africaine : éléphants, buffles, antilopes (bubales, damalisques, cobs), mammifères carnivores (lions, caracals), etc. Soutenir les communautés locales du Burkina Faso pour développer des productions pourrait permettre de contribuer de façon cruciale à la conservation de la faune africaine.

Gingembre

Le gingembre de Vohimana (Ginziber officinale) a été isolé sur la grande île sans modification depuis son origine. La recherche scientifique a démontré sa particularité exceptionnelle en composition de deux molécules clés pour constituer un bouclier au-dessus de la peau : les shogaols et les gingérols. Elles la protègent et bloquent la propagation des radicaux libres, sources de vieillissement.

La production a été développée depuis plusieurs années avec l’ONG L’Homme et l’Environnement pour soutenir les communautés locales vivant autour de la réserve expérimentale de Vohimana qui est un « hot spot » mondial de biodiversité. Cette forêt abrite entre autres 12 espèces de primates mais aussi plus de 160 plantes médicinales sur moins d’un millier d’hectares, ce qui en fait un endroit unique au monde pour sa richesse en espèces. Les populations humaines y pratiquaient traditionnellement la culture sur brûlis alors que celle-ci ne peut plus être durable au vu des croissances démographiques et de la fragilité des forêts naturelles malgaches. Le développement de la culture du gingembre est apparu comme étant une opportunité d’intérêt économique majeur pour les communautés locales afin de soutenir la conservation de cette forêt d’une richesse unique au monde.

Macadamia

Originaire du Nord de l’Australie, l’huile de Macadamia a été utilisée pour ses vertus médicinales depuis plusieurs milliers d’années. Le noyer du Queensland qui produit la noix de macadamia est maintenant cultivé aussi bien en Amérique du sud et du Nord qu’en Asie ou en zone méditerranéenne. Avec plus de 60% d’acides gras insaturés, du calcium et du phosphore ainsi que des vitamines A, B1 et B2, cette huile possède d’importantes capacités de régénération cellulaire.

Il faut au mois 7 ans pour que cet arbre – qui peut atteindre 30 mètres de haut commence à produire des fruits. Nous avons ainsi décidé d’étudier comment nous pourrions développer des plantations qui serviront les populations impliquées dans les programmes de développement durable associés à la conservation des éléphants au Kenya.

Moabi

Le Moabi est un arbre endémique des forêts denses de l’ouest du bassin du Congo. C’est un des plus grands arbres, pouvant dépasser 70m de haut, pour une circonférence de 5m. L’amande de la graine donne un beurre toxique, devenant comestible après traitement. Il est très apprécié des populations locales en cosmétique et en alimentaire. Riche en acide palmitique, stéarique et oléique, il possède des propriétés proches du beurre de karité: apaisantes, hydratantes, nourrissantes.

Il est important de mettre en avant le travail réalisé par l’ONG AAFEBEN qui intervient dans la périphérie de la réserve de Biosphère du Dja, sur 10 forêts communautaires de 50 000 ha. Elle appuie 10 groupements féminins pour un total de 350 femmes, principalement des ethnies Baka (Pygmées) et Bantou dans la collecte et la commercialisation de Produits Forestiers Non-Ligneux.

Moringa

Le Moringa oleifera est un arbre de croissance rapide, résistant à la sécheresse, originaire des contreforts sud de l’Himalaya en Inde. Il pousse dans les Tropiques et les zones subtropicales. L’huile de Moringa a déjà été mentionnée dans des livres de médecine de la Grèce antique et de Rome. C’est également un ingrédient essentiel de l’ayurvédisme. Dans le Bhava Prakash (un manuel d’Ayurveda du 16ème siècle), le Moringa est nommé sigru (« celui qui bouge comme une flèche »), car il pénètre rapidement et profondément les tissus cutanés, a des propriétés détoxifiantes et a même un effet rapide et efficace sur le tissu de la moelle osseuse.

Le Moringa est souvent appelé « l’Arbre Miracle » car il contient un mélange unique de vitamines, minéraux et aminoacides, faisant de lui une des plantes les plus nutritives jamais découvertes. L’huile de Moringa se compose principalement d’acides gras mono-insaturés (avec 70% d’acide oléique). Mais elle est plus connue pour sa forte concentration en acide béhénique (jusqu’à 9% selon les variétés des huiles). Cet acide béhénique lui confère sa capacité à revitaliser le cuir chevelu et à lisser le relief de la peau. L’huile de Moringa est, entre autres, hydratante, anti-âge, antiseptique et anti-inflammatoire.

ELEPHAS tient à promouvoir l’huile de Moringa provenant du district de Karatu en Tanzanie qui se trouve entre la zone de conservation de Ngorongoro et le parc national du Lac Manyara, connu pour sa multitude de faune sauvage. Un projet a été développé par l’ONG JSFoundation dans l’objectif d’accompagner la population agricole pour lui permettre d’être plus en harmonie avec sa terre, son héritage culturel et la faune sauvage qui l’entoure.

Saro

Le Saro est extrait d’une plante médicinale de l’ouest de Madagascar reconnue dans l’ensemble du pays et à un niveau croissant à l’international. L’huile essentielle de Saro qui a été lancée par le fondateur d’ELEPHAS et a démontré scientifiquement in vitro des propriétés cosmétiques exceptionnelles. Ces effets permettent en effet la réparation et la formation de vaisseaux sanguins au niveau du derme offrant à la peau la capacité d’induire des ramifications nouvelles entre les cellules endothéliales. On parvient ainsi à améliorer l’alimentation en eau, oxygène et nutriment du tissu cutané. L’entreprise Yves Rocher a réalisée une contribution exceptionnelle et intègre (sans dépôt de brevet et rendant aux malgaches les résultats des travaux de recherche) pour l’aboutissement de ces découvertes scientifiques sur les propriétés cosmétiques du Saro.

Dans l’ouest de Madagascar, les populations sont encore très pauvres. Olivier Behra, le fondateur d’ELEPHAS a travaillé sur l’extraction du Saro dans l’ouest de l’île depuis 2003 dans l’objectif d’offrir aux communautés locales des opportunités d’être motivés par la conservation de l’environnement. Les femmes et les hommes qui collectent les feuilles deviennent en effet sensibles à la conservation du couvert forestier puisqu’il représente alors une source de revenus direct.

Karité

Le beurre de Karité est plébiscité par toutes les femmes africaines et par un nombre croissant d’européennes et d’américaines qui confirment ses impressionnantes propriétés cosmétiques. Ses acides gras essentiels et acides gras mono-insaturés (acide oléique) sont dans ce beurre associés à des esters aux propriétés antioxydantes mais aussi a des phytostérols qui ont démontré scientifiquement in vitro leur rôle pour ralentir le vieillissement cutané.

Les arbres à Karité sont nombreux en Afrique. Cependant, la pression pour plus de terres agricoles menace cette magnifique ressource d’importance locale et mondiale. Le fondateur d’ELEPHAS a travaillé avec une grande entreprise cosmétique française ayant pris de très beaux engagements depuis des années pour soutenir les communautés locales. La clé sera certainement cependant d’engager d’autres comme cela a été fait avec l’Association de solidarité internationale Man And Nature et l’ONG locale NatuDev pour relancer un programme crucial de préservation d’un corridor forestier indispensable pour le passage des éléphants entre les zones forestières de Nazinga et Kabore Tambi. Nous voudrions, ELEPHAS avec le programme Net Positive Impact engager le plus grand nombre à soutenir ce programme exemplaire.

Ylang Ylang

Le  meilleur Ylang-Ylang au monde pousse sur l’île de Nosy Be (même si certains parfumeurs mal informés pensent encore que c’est sur les îles comoriennes proches). L’arbre est cultivé ici depuis des siècles avec des techniques qui font son unicité. Les recherches d’excellence ont eu tendances à se perdre mais quelques entreprises sociales engagées telles qu’Aroma Forest permettent de revenir à des qualités d’exception, et de garder toutes les propriétés toniques et régénérantes de cet incroyable ingrédient. La diversité biologique de Nosy Be est unique avec même des espèces de grenouilles dont la petite île est le seul habitat au monde.

L’environnement autour des plantations peut-être dramatiquement surexploité mais les études menées par des scientifiques ont montré qu’avec des plans de gestion des plantations d’Ylang Ylang, celles-ci peuvent devenir de véritables havres d’accueil de la faune locale endémique de l’île. Des villageois proches des zones les plus riches en espèces animales locales sont ainsi sollicités pour qu’ils puissent bénéficier des programmes de développement de plantation et de production de qualité. Cela se fait en particulier avec l’entreprise sociale et solidaire de production et d’exportation d’huiles essentielles Aroma Forest.